Ma fabuleuse histoire ⭐

Au début du mois, Aurélie, blogueuse du blog A dada mon Dadou, m'a envoyé un petit message privé pour m'inviter à participer à l'édition n°42 de la Cavalcade des Blogs sur le thème "Votre fabuleuse histoire .." Autant dire que j'ai immédiatement pensé à notre fabuleuse aventure avec Gamin, une aventure qui n'a pas toujours été simple mais qui m'a fait évoluer dans ma vision et ma pratique équestre quotidienne. L'achat de Gamin a été quelque chose d'un peu fou, certains professionnels m'ont dit que ce cheval était bon uniquement pour la boucherie. Il est vrai qu'avec seulement un an et demi d'équitation derrière moi, un petit galop 2 en poche, acheter un cheval de 7 ans qui est passé de maltraitance à remise en liberté puis de nouveau maltraitance semblait dingue. Et pourtant j'y ai cru et j'ai bien fait. 



Première vision de Gamin, un cheval noir sur une photo avec quelques détails notamment "cheval hongre bai brun, bien dressé". Un coup de téléphone nous a permis de prendre rendez vous pour aller voir ce petit cheval le lendemain. Arrivé sur place, mes parents et moi même âgée de 13 ans, trouvons un cheval vraiment pas soigné. Il était au pré avec une jument, ils étaient couvert de petites blessures dût à la clôture de fil barbelé. Gamin était en piteux état, peu de crinière, une queue filasse et un poil piqué mais quelque chose chez ce petit cheval m'attirait. Deuxième visite sans les propriétaires cette fois, il arrive au galop du fond du pré comme heureux de nous voir, comme s'il sentait que nous pouvions l'aider. La troisième visite fût l'essai monté : une catastrophe, j'avais peur car ce cheval ne réagissait pas comme mon autre loulou bien dressé. Dès je tirais un peu sur les rênes pour m’arrêter, il m'ignorait ou se mettait debout, levait la tête, bref aucune éducation du côté du cheval, on repassera sur le "bien dressé" de l'annonce. A pieds, il ne voulait pas me suivre en licol, il se cabrait, il ne donnait pas ses pieds et bougeait au pansage mais nous décidions de le prendre quand même. Le jour de son départ, il n'a jamais voulu monter dans le van et l'ancien propriétaire le violentait pour qu'il monte dedans. Ce sont mes parents qui l'ont arrêtés en disait qu'une autre solution était possible. Il est donc arrivé chez moi monté par sa cavalière de l'époque. Une fois arrivé, nous avons dût le déclarer car il n'avait pas de papiers et aucun suivis d'aucun professionnel. 


Gamin le jour de son arrivée chez nous

Les débuts ont été vraiment difficile car la violence de l'ancien propriétaire avait créée chez lui une  peur de l'homme incroyable. Il se cabrait dès je bougeais un peu mes bras pour lui caresser l'encolure. Pauvre bonhomme, la vie a dût être vraiment dure. En recherchant d'où sortait ce petit cheval, nous avons découvert que l'éleveur était une personne violente débourrant ses chevaux à l'arrache et les castrant très certainement lui même. Un éleveur peu scrupuleux, ivre du matin au soir. La vétérinaire nous confirme que Gamin est mal castré et qu'il lui reste encore un testicule le rendant plus dangereux qu'un étalon. Bon ... C'est pas grave je travaille à pieds encore et encore jusqu'au où jour il me montre qu'il commence à me faire confiance. Un pas après l'autre on travaille tous les deux, on prends notre temps et surtout je lui fais les soins qu'il n'a jamais eu. J'essaie de me documenter un maximum pour le remettre en bonne santé. Il apprend les bases, marcher en longe, aller en balade, travailler en longe ou encore en liberté. Il reprend de l'état et commence à être joli à l'oeil après un an de travail. Il devient gentil au pansage et commence à donner ses pieds. Monté c'est une autre histoire, il ne connait rien, encore une fois, il ne sait que trotter ... Je passe des heures à essayer encore et encore à surmonter les difficultés. J'ai claquée ma longe par terre un nombre de fois incroyable au sol, me disant que je n'y arriverai jamais, que ce cheval est trop compliqué pour moi, petite cavalière avec un galop 4 tout juste en poche. 

Première année de monte avec le hackamore suite à des problèmes de sensibilité dans la bouche

Je décide de changer d'approche et travaille encore plus dans le sens de l'éthologie et l'étude de son comportement. Je cherchais encore et encore dans les livres, sur internet ou avec des professionnels.  Il fallait le comprendre, lui et son passé, pour l'aider dans sa nouvelle vie, une nouvelle vie où l'homme prends soin de lui. Gamin était malheureusement intransportable, il se bloquait à 5 mètres du du van, certainement le résultat de transport dans la violence, renforçant négativement cette action. Je suis chez moi et ne peut l'emmener dans un centre par exemple. Petit à petit je comprends son fonctionnement, ce qui lui fait plaisir : les grands galops dans la plaine (une fois le trot mis de côté), le saut et les longs pansages mais aussi les peurs résultant de ces traumatismes. Les heures de travail à pieds finissent par payer, notre relation se consolide de plus en plus chaque jour, jusqu'à m'impressionner moi même et mes proches. Nous arrivons à communiquer uniquement par la gestuel et la création de masse d'air en liberté, mon cheval devient un incroyable partenaire avec une belle lueur dans ses yeux.

Deuxième année de travail en liberté

Les années passent, je prends de l'expérience grâce au cours que je prends dans mon centre équestre avec mon autre cheval et les chevaux de club, mais aussi grâce aux concours que je fait avec Enzo. Je demande des conseils à mon prof pour m'aider car Gamin possède un gros déséquilibre au galop puisqu'il ne savait pas galoper correctement en arrivant chez moi. Je travaille de plus en plus des exercices précis en dressage et de gymnastiques à l'obstacle. Le bonhomme progresse bien, le plaisir commence à venir. Je fais un premier petit concours de saut d'obstacle dans un club situé à 5km de chez moi après 5 ans ensemble. Je m'inscris et m'y rend à cheval faute de possibilité de transporter Gamin. Un comportement exemplaire, je me suis fais plaisir, lui aussi visiblement. De retour chez moi, je décidais de comprendre cette histoire de van car en 5 ans, j'ai pu le transporter deux fois et après il bloquait à 10 mètres du pont. Je commence à réfléchir et me rend compte qu'il ne supporte pas le bas flanc. Je l'enlève et travaille plusieurs jours de suite, il monte mais redescend aussitôt. Je persiste tranquillement, il reste de plus en plus longtemps, s'intéresse au filet à foin, je commence à le brosser dedans. Il ne bouge plus, je décide d'essayer de fermer le pont arrière et il se met a paniquer, nous retournons au point de départ avec un cheval est de nouveau bloqué. Ayant un pont avant sur mon van, je décide le faire passer d'un pont à l'autre (monte sur l'arrière ressort devant et inversement). Après avoir réfléchis, je décide de fermer le pont arrière, de monter mon loulou par le pont avant et faire demi tour dans mon van qui est vraiment large. Le cheval s'exécute calmement, je demande qu'on m'aide pour fermer le pont avant. Je reste avec mon cheval lui parlant et lui expliquant qu'il n'y a rien à craindre. Nous arrivons à fermer le pont et la porte latérale. Une grande joie pour moi ! Par la suite nous avons tenter quelques courts voyages et tout se passait bien. Le loulou me voit dans la voiture tractant par sa vitre et ne me quitte pas des yeux de chaque voyage. Désormais mon cheval arrive même au petit trot pour embarquer les jours de déplacements.

Premier CCE en club 1

Aujourd'hui, je me rends compte du chemin parcouru ensemble. Je ne pourrais jamais expliqué tout ce que Gamin m'a fait vivre comme sensation. Ce cheval m'a fait me remettre en question un nombre incalculable de fois, je me suis adaptée à lui tentant de le comprendre, il m'a mis au travail à pieds et à la communication avec lui. J'ai parfois cru que je n'allais jamais y arriver mais aujourd'hui je suis tellement fière de ce que nous avons fait ensemble. Ce cheval me donne tout et a une confiance vraiment aveugle en moi, il exécute tout ce que j'ai l'audace de lui demander. Nous nous faisons plaisir sur de belles épreuves comme le salon du cheval de Paris ou encore sur des concours complet à Fontainebleau. Même si certaines réactions de cheval maltraité resteront à vie pour Gamin, désormais c'est un cheval transformé que j'ai avec moi. Pour beaucoup de personne, l'histoire de mon cheval peut sembler stupide mais pour moi cette histoire est vraiment fabuleuse car elle montre que rien n'est impossible quand on le souhaite vraiment.






You May Also Like

0 commentaires