Rechercher
  • Carnet d'une Cavalière

Le TRAVAIL A PIED : LES BASES À SAVOIR

Quel cavalier n'a pas rêvé d'avoir un cheval qui évolue en liberté autour de lui et qui l'écoute parfaitement ? Alors le travail à pied : un grand oui mais n'importe comment : c'est non !! Je trouve que malheureusement de nos jours, beaucoup de cavaliers veulent faire croire à des semblants de relations poussées avec leurs chevaux allant jusqu'à mettre la vie en danger et celle de leur compagnon à crinière (bah oui ça fait de jolies photos en cordelette sans bombe dans les champs)

Aujourd'hui je vais vous décrire ma manière de travailler mes chevaux en liberté et ça a toujours marché jusque là. Je vais vous décrire des exercices simples où l'on pose des codes dès les premières séances, vers la quatrième séance j'ai remarqué que sur mes deux chevaux, ils avaient déjà assimilé plusieurs codes, autant vocaux que gestuels. Je vais essayer d'être le plus clair possible dans mes explications et illustrer au maximum afin qu'il n'y ai pas d'ambiguïté dans les exercices ! Après, je ne suis pas une experte donc faites comme moi, lisez des livres, regardez des émissions pour élargir votre pratique,vos connaissances, croisez vos sources et surtout essayez de trouver ce qui convient à votre cheval.

Le matériel :


Voici une petite liste qui dépend un peu de chaque cheval, si vous protégez votre cheval plus ou moins, si vous laissez votre licol ou préférez l'enlever. Personnellement, je protège régulièrement les membres de Gamin qui a des molettes mais moins les autres. Très souvent je travaille sans licol mais il m'arrive d'en mettre pour travailler de nouvelles notions qui nécessite un contact proche. Ne travaillez jamais sans stick ou autre car le cheval reste un animal imprévisible et parfois ça peut aider notamment si le cheval charge ou se "colle" dangereusement à vous.

  • Chambrière ou carrot stick

  • Licol (facultatif)

  • Protections 

  • Beaucoup de patience et de récompenses (surtout des caresses au chanfrein)


Les bases :


Il y a deux choses que je fais systématiquement dans le travail en liberté, poser les codes du langage vocal et les codes du langage corporel. Pour certains, ça peut paraître abstrait, ne vous inquiétez pas je vais tout vous expliquer dans la suite de l'article. Mais n'oubliez pas que le fondement du travail du cheval c'est : respect et confiance, autant à cheval qu'à pied, mais à pieds vous êtes plus susceptible d'être en danger car le cheval est plus fort que vous.

LE LANGAGE VOCAL

Qu'est-ce que j'entends par langage vocal ? Je pense que tout le monde se doute mais bon je vous donne une petite définition quand même. Le langage vocal c'est tout simplement les ordres que vous donnez à votre cheval en parlant. Dans le travail en liberté, les codes vocaux sont vraiment très important et si votre cheval ne les connais pas ou ne les respecte pas, vous n'arriverez à rien sauf peut être à une situation dangereuse. Quelques codes très basique que chaque cheval doit connaitre :

  • Les allures : "pas" ; "trot" ; "galop". La plupart des chevaux connaissent très bien ces codes car nous les utilisons souvent à cheval aussi. Cependant quand j'ai récupéré mon second cheval, il ne connaissait absolument pas donc j'ai du lui apprendre tranquillement.

  • Les transitions : Pour ralentir, "ohhhh (suivi de l'allure descendante)" avec un ton allant de moins en moins fort. Pour passer dans une allure supérieure, prononcer l'allure d'un ton ferme et montant. L'intonation de votre voix est vraiment très importante, elle doit monter pour passer dans l'allure supérieure et descendre pour une transition vers l'allure inférieure. Soyez ferme dans votre demande et répéter plusieurs jusqu'à ce que votre cheval exécute votre demande, aidez de votre position du corps si besoin, puis récompensez oralement ou bien avec une friandise en l'arrêtant.

  • Revenir à l'appel de son nom : Voilà un élément important et surtout pratique pour le cavalier piéton. Même situation que pour les allures, presque tous les chevaux connaissent leur nom. Cependant, nous pouvons avoir besoin d'appeler notre cheval durant le travail en liberté, notamment pour récompenser. Pour cela rien de bien méchant, il suffit d'appeler régulièrement votre cheval par son nom et récompenser au moindre signe d'attention. Par exemple : mon cheval est à l'attache, un peu distrait, je l'appelle : " Enzooo ! " , il tourne la tête vers moi, me regarde, je récompense. Ainsi il associe son nom à quelque chose de positif (bonbon, carotte, gratouille) et viendra vers vous à l'appel de son nom.


LE LANGAGE CORPOREL

Qu'est-ce que j'entends par langage corporel ? C'est la manière d'avoir une action sur votre cheval par le simple fait de créer des points de pression avec votre corps. C'est un élément qui aide énormément la compréhension des chevaux car dans leur troupeau, ils communiquent par geste, par exemple montrer ses fesses ou couchés les oreilles pour intimider. Ici pour vous le principe est d'agir comme eux et de jouer avec les masses d'air. Je pense que vous allez mieux comprendre avec mes explications au fur et à mesure. Vous remarquerez que au début, il faut compléter vos gestes par des mots puis au fur et a mesure vous pourrez utiliser moins de mots car les gestes seront acquis.


  • Accélérer et ralentir, transitions : Pour compléter votre demande orale, vous pouvez créer une situation de pression obligeant votre cheval à vous écoutez plus précisément et a l'habituer aussi à mettre un code vocal et un geste sur une action. Je m'explique les deux exemples. Par exemple : pour ralentir, ordre vocal " OOOOOOOOOooooooh pas " , vous ajoutez une pression sur votre cheval, en vous plaçant un peu devant lui, au niveau des épaules souvent. Par exemple : pour accélérer, ordre vocal " Nomdevotrecheval, TROTTER ! ", vous ajoutez une pression sur votre cheval, en vous plaçant en arrière de lui, au niveau de la croupe.

  • Changements de direction : Le changement de direction peut être plus complexe et plus dangereux. Ici méfiez vous de votre cheval, surtout s'il rue fort, vous allez comprendre pourquoi par la suite. Méfiance aussi à ce que votre cheval ne vous marche pas dessus. Pourquoi ces précautions ? Parce que ce que vous allez faire c'est carrément barrer la route de votre cheval durant l'apprentissage. C'est pourquoi il vous mieux commencer dans des petites allures (pas et trot) pour éviter de "prendre votre cheval dans vos bras" ! Par exemple : votre cheval tourne à main gauche, barrez lui la route en montrant avec vos mains vers le centre de votre lieu de travail. Votre cheval changera soit en faisant un cercle vers l'intérieur ou l'extérieur (vers les barrières), vous pouvez ajouter un ordre vocal : " Changement ". N'oubliez pas d'avancer sur votre cheval en lui barrant la route pour lui faire comprendre qu'il doit bouger.

  • Rappel : On peut également utiliser une position gestuelle pour le rappel comme s'abaisser un peu, genoux pliés et taper le stick au sol en mimant de reculer. On "aspire" le cheval



.

Quelques exercices & conseils :


  • Travailler bien les transitions : Prenez le temps d'avoir de belles transitions , ça peut être long au début avec pas mal de répétition mais ça viendra ! Travailler lourdement les transitions permet à votre cheval de se concentrer sur votre voix donc n'hésitez pas à passer un bon moment dessus :)

  • Récompensez beaucoup : La base du travail, comme on dit : " demander peu, souvent et récompenser beaucoup " Cette citation est bien réelle :) Un petit truc qu'on m'a dit un jour, si vous récompensez votre cheval avec des grattouilles, faite le entre les deux yeux, le cheval retiendra mieux ce qu'il a fait comme élément positif. 

  • Ne faite pas durer trop longtemps la séance : La liberté c'est un peu comme le travail en longe. Le cheval travail plus en cercle qu'en ligne droite donc il force plus dans ses muscles. Une séance de longe ou de liberté de 30 minutes vaut plus d'une heure montée, il faut donc ménager son cheval.

  • Ayez une grande patience : Les exercices ne sont pas acquis en quelques heures de séance, il faudra énormément de temps passé avec votre cheval pour qu'il puisse exécuter au mieux ce que vous lui apprenez lors de vos séances. Le temps d'apprentissage dépend de chaque cheval. J'ai moi même eu le cas, Gamin a appris extrêmement vite alors que Enzo est beaucoup plus lent dans son apprentissage.

  • N'oubliez pas le respect : Chose très importante mais surtout le respect c'est dans les deux sens, vous respectez votre cheval mais lui aussi doit vous respectez en tant que personne. Attention à ce qu'il ne vous regarde comme un copain cheval, sinon ça peut virer au danger ! N'hésitez pas à vous faire aider par une autre personne expérimentée si votre cheval est un peu foufou.

J'espère que l'article vous a plu et qu'il vous éclaire sur certains points. Néanmoins si vous avez des questions n'hésitez pas à m'en poser :) 

Enjoy your ride ! 

Julie

Recevez notre newsletter

Nous contacter

© 2020 par TRINQUET Julie

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now